Agartha Dreamcast

Agartha fut pour moi un des plus importants  jeux annulé de la dreamcast.  Son annulation nous a tous laissé sur notre faim. Avoir pu  mettre la main sur une version beta reste pour moi une de mes plus belles découverte.

 

Je me souviens encore la première fois que j'ai lancé le jeux et mettre dit " Je suis un des rare privilégiés à pouvoir y jouer". Cette sensation de jouer a un unreleased et d'être un des rares au monde à pouvoir le faire est une expérience unique, un mélange d'extase et de fierté.

Nous amenons notre pierre à l'édifice de l'histoire de la machine en faisant taire plus de 20 ans de rumeurs. Dans le cas d'Agartha, nous parlions à un moment donné d'un jeux qui était complet, puis d'un jeux dont le développement n'aurait pas démarré. J'en ai lu de choses à son sujet.

En 2011, une vidéo avait fuité sur internet. Il n'avait pas fallu plus pour relancer toutes les hypothèses à son sujet.

Un peu d’histoire

Le jeu prend place dans un village perdu dans les montagnes enneigées de la Roumanie de l’entre-deux guerres. Un séisme déclenche l’ouverture d’Agartha, passerelle souterraine entre la Terre et une dimension infernale. Les résidents commencent à vomir un liquide bleu avant de perdre figure humaine. Lorsque les morts sortent de leurs tombes, Kirk, spécialiste des phénomènes paranormaux à la barbe blanche, se rend sur place pour enquêter.

Réinventer le Survival horror

Bien que Kirk se dirige en vue classique à la troisième personne, Agartha propose plusieurs nouveautés par rapport aux Resident Evil qui le précèdent : le jeu est intégralement en 3D. Kirk dispose d’un sac à dos, ce qui signifie que le joueur peut gérer son inventaire comme il l’entend. Dans le sac, on trouve un pistolet et son chargeur, des jumelles, un appareil photo, un livre, un crayon de papier, un passeport, une clé, une lampe à huile et une lampe torche. Kirk doit surveiller sa jauge Life (vie) et Vril, qui reste mystérieuse à ce stade. On suppose qu’il s’agit d’une jauge de magie, le Vril désignant une forme d’énergie mystique se trouvant au centre de la Terre.

Comme l’explique le développeur Didier Quentin : « Notre but était de faire d’Agartha LE Survival horror de la Dreamcast ». Arriver à dépasser le chef-d’œuvre de Capcom Resident Evil: Code Veronica et se mesurer à Alone in the Dark: The New Nightmare d’Infogrames (ancien employeur de F. Raynal) représentaient des défis stimulants ».

Torture et peur sur Dreamcast

Le joueur peut décider de sauver un maximum de personnes innocentes (et gagner des points « Good »), ou bien au contraire, de commettre une boucherie pour accélérer l’arrivée du chaos sur Terre (et gagner des points « Evil »). Les choix moraux ont une influence sur la nature des ennemis (morts-vivants, fanatiques d’une secte, et démons pour le camp du mal / moines-soldats, prêtres et archanges pour le camp du bien), et au moins deux fins différentes sont prévues.

Agartha frappait fort selon Didier Quentin : « Au dernier stade auquel nous étions arrivés, c’était un jeu avec une très grande liberté. Agartha aurait été le premier Survival horror où le joueur aurait pu choisir son camp : le Bien ou le Mal. Par exemple, on avait imaginé laisser la possibilité au joueur de délivrer un prisonnier ou de le torturer. Cela marquait alors sa psychologie et le faisait entrer dans un axe particulier de l’aventure ».

La peur était l’élément central d’Agartha, mais F. Raynal cherchait également à susciter un véritable malaise chez le joueur : « Plutôt que de faire exploser des zombies à la chaine, je voudrais que le joueur soit mort de trouille en comprenant ce qu’il doit faire, qu’il se dise juste avant l’action requise : “non, là c’est trop, j’arrête de jouer parce que je ne veux pas faire ça” ».

Censure et liberté d’expression

Si sur le plan technique, Agartha bénéficiait du soutien de SEGA, il n’en était pas de même concernant le contenu hautement polémique. F. Raynal s’était heurté à des refus, et en était ressorti meurtri, mais aussi déterminé à ne pas transiger avec la censure : « Nous avons rencontré de gros problèmes de censure. On nous a clairement fait comprendre qu’il y avait des limites à respecter dans le monde du jeu vidéo et qu’il ne fallait pas les dépasser sous peine de subir les foudres de la censure. Notre concept et notre idée de départ étant justement d’outrepasser les limites du politiquement correct pour immerger totalement le joueur dans un univers sombre et inquiétant : il n’était pas question pour nous de se plier à ces revendications […]. Je me suis aperçu qu’il n’était pas possible d’aller au-delà des conventions tacites imposées par l’industrie du jeu vidéo. Même dans cet art neuf où l’on croit encore tout possible, il existe bien une censure implicite qui bride l’imagination des développeurs et des concepteurs de jeux. Je pense que c’est cela qui m’a le plus affecté ».

Prévu pour le mois d’octobre 2001, Agartha ne sortira jamais puisque SEGA annonce l’arrêt de production de la console en mars 2001. F. Raynal ne cherchera pas à l’adapter ailleurs : « Agartha ne sortira jamais sur une autre plateforme, car l’idée principale – qui était de pouvoir faire de bonnes ou de mauvaises actions – n’est plus originale ».

2 versions existantes ?

Il existe 2 build du jeux. Le premier est une démo technique. Le second qui ne fonctionne pas correctement semble être le build utilisé afin de créer la vidéo qui avait fuité en 2011.

Un debug menu caché est présent pour les 2 version d'Agartha à déclencher avec la touche "ESC" du clavier. Sur le deuxieme build, il est possible d'accérer, ralentir le jeux ect grâce à certaine touche du clavier, une sorte de télécommande. Une section jouable , en employant le debug menu, semble avoir exister sur le second build.

Un ami graphiste avait créer pour l'occasion la jaquette avant et arriere du jeux en version homemade pour habiller vos jeux.

Télécharger la démo d'Agharta :

Agartha (Mar 5, 2001 prototype)

Télécharger la version corrompue d'Agharta :

Agartha (Apr 18, 2001 prototype)

Article en partie repris de Benjamin Berget. Vous pouvez le retrouver ici ainsi que mon interview :)

https://www.gamesidestory.com/2018/10/10/agartha-sort-du-congelateur-sur-dreamcast/

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now