Rechercher
  • Laurent C.

Une montre Swatch connectée à une dreamcast, un accessoire annulé de plus !!!


The Swatch Group SA est une entreprise multinationale dont le siège se situe à Neuchâtel en Suisse . C'est la plus grande société d'horlogerie du monde . Elle produit une grande variété de montres (Swatch, Flik Flak, Omega ) et d'élément de fabriquation pour celles-ci.


L'heure d'Internet fut introduite et commercialisée par le groupe Suisse en 1998 . L'un des objectifs principaux de ce concept était d'avoir une heure universelle en abolissant toute notion de fuseau horaire. Dans ce système, les heures, minutes et secondes sont remplacées par une unité appelée "Beats" . Une journée de 24 h correspond à 1000 beats .


Sega utilisa l'heure d'internet pour son jeux en ligne Phantasy Star Online sorti en 2000 afin de faciliter les parties intercontinentales entre les Japonais, les Américains et les Européens . Metroplis Street Racer semble également avoir bénéficié du Swatch Timing .

Le 14 février 2000, l’horloger suisse Swatch et le fabricant japonais de jeux vidéo Sega annonca à Tokyo un accord de coopération technique. Le but: développer une gamme de nouveaux produits capables, sur Internet, d'assurer le mariage entre une montre et une console de jeux vidéo . Swatch et Sega pensaient qu'il était possible de faire communiquer une montre et une console de jeux vidéo à travers Internet .


Le lancement était prévu pour avril, mai avec un prix de lancement d'environ 120 - 155 Euro .

Swatch disposait d'une montre nommée "Access" dotée d'une mémoire, comme celle d'un ordinateur, qui pouvait enregistrer des données .Cette série de montres possédait deux types de puces à l'intérieur: une puce SkiData, qui permettait d'accéder à différentes stations de ski, et une puce qui permettait de payer toutes sortes de choses comme des boissons, des pass de musée où les transport en commun .

Sega voulait permettre à la montre d'utiliser tout le potentiel de la console de jeux Dreamcast .


L'utilisateur d'une montre aurait pu lire les informations contenues dans la mémoire de celle-ci en se branchant sur des points de connexion installés par Sega dans des cinémas, des musées ect afin de se connecter à la DC via le net - de n'importe où!


En utilisant la technologie "Internet & Wearable", la montre Swatch Access se serait interfacée avec la Dreamcast via un plugin de contrôleur utilisant la technologie RFID (technologie qui permet de sauvegarder et récupérer des données à distance sur ce que l'on appelle des puces ou tags RFID ou encore des radio-étiquettes) à l'intérieur de la montre .


Le projet de montre connectée au réseau Sega s’est arrêtée en même temps que le projet Dreamcast, avec le décès du directeur Isao Okawa.

Réponse de l'archiviste de Swatch :

"Connaissant la technologie (éprouvée) utilisée pour cette connexion, il est problable que le prototype était fonctionnel ; reste à savoir si le réseau en lui-même avait été testé. Je l’ignore et je n’ai pas de documentation à ce sujet. À mon avis, l’arrêt du projet n’est pas dû à une problématique technologique mais essentiellement lié à l’arrêt de la Dreamcast."

Les recherches de swatch restent actuellement infructueuses, à l’exception de leur contrat avec Sega. Il n'y aura certainement pas plus, quoique avec un peu de chance !!!


Croisons les doigts pour en savoir d'avantage !!!


Le seul produit qui est sorti sur le marché est la Swatch Sonic The Hedgehog (SQK101), en 2001


Un prototype de console limited, la Dreamcast « Swatch Club » fut présenté en conférence de presse . Sa phase de production n'a jamais débuté . Sa localisation demeure toujours un mystère . Existe t'elle toujours où fut elle détruite ? Sega japon pourrait bien avoir la réponse !!!



107 vues0 commentaire
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now